people

Qui est Zahia ?

Dans son quatrième film, Une fille facile, disponible sur Netflix aux États-Unis depuis le 13 août, Rebecca Zlotowski interprète l’actrice, designer et mannequin franco-algérienne Zahia Dehar, connue du public pour avoir été au centre d’une affaire de prostitution juvénile en français football. Dix ans après les événements, la réalisatrice regarde la créature Zahia, son érotisme accru et son désir de liberté. Elle incarne la Sofia sulfureuse, qui, pour un été à Cannes, rend visite à sa jeune cousine Naïma et l’initie au luxe, à la sensualité, à l’ascension sociale, à ses codes et à sa désillusion.

A découvrir également : Que fait Dominique Strauss-Kahn en 2020 ?

France-Amérique : Pouvez-vous vous rappeler qui est Zahia, l’actrice qui donne son nom au film (Une fille facile) et parfois comparée à Brigitte Bardot ?

Rebecca Zlotowski : Il y a dix ans, Zahia s’est retrouvée au milieu d’une affaire de moralité dans La France. C’est un sous-texte avec lequel le film s’amuse, même s’il s’éloigne de cet horizon de la prostitution. Aujourd’hui, la personne qui m’a inspiré n’était pas une prostituée de 15 ans, mais une jeune actrice qui a un moyen de parler, de bouger, de s’habiller, ce qui est aussi provocateur que gratuit. Pour une passionnée de cinéma comme moi, elle a rappelé l’imaginaire rohmerien et italien des années 1960. C’est avec toutes ces couches d’inspiration qu’elle incarne le personnage.

Lire également : Quels Airpods choisir ?

Depuis #MeToo, Time’s Up et la remise en question de la place des femmes dans l’industrie cinématographique, le terme « gaze féminine », qui fait référence au regard féminin sur le travail derrière la caméra, est apparu. Comment le définiriez-vous ?

C’ est une notion difficile à définir en ce moment, qui est encore en train de faire son corpus. Je trouve que c’est un outil intéressant, mais la gaze féminine ne peut pas être tout ce que la gaze mâle n’englobe pas. Personnellement, je suis beaucoup plus intéressé par comprendre l’apparence d’un directeur, peu importe son sexe ou son sexe. Je suis une réalisatrice, mais je ne suis pas sûre d’être une représentante féminine de la gaze. D’un autre côté, je suis sûr d’avoir mon propre regard.

Dans le film, le corps de Sofia est filmé sous tous les angles. Cette sexualisation du corps en plastique n’est-elle pas problématique ?

Je pense que cette sexualisation n’est ni problématique ni vertueuse, mais fait partie du récit. Dans la fragmentation de ce désir, il y a une part d’objectivation du corps féminin, mais sans le réduire à son érotisme. Il s’agit de voir qu’un corps peut aussi changer la représentation et les relations entre les gens. Sofia utilise ce corps comme une arme sociale. Et pourquoi ne pourrait-il pas être le bénéficiaire ? Son corps est un outil aussi puissant qu’un yacht ou de l’argent pour un homme. Je ne propose pas une vision morale, mais une vision érotique et esthétique de l’existence.

Les questions de liberté et d’émancipation sont très présentes dans le film. Pourquoi avez-vous ouvert la phrase de Pascal, « la chose la plus importante dans la vie est le choix de la profession : le hasard l’a-t-il » ?

Je voulais éviter l’idée que ce film est un âge adulte sur la question de la sexualité. Je voulais montrer comment les adolescentes sont confrontées à leur destin, avec d’une part la transaction matérielle par la sexualité à Sofia, et l’autre Naima qui est sur le point de choisir une profession.

Vous dépeignez des classes sociales qui sont interdépendantes mais qui ne se mêlent jamais. Est-ce que cet aspect a motivé votre choix de filmer à Cannes ?

En été à Cannes, il y a cette indécence de gens qui prennent plaisir à s’exposer sur des yachts contre les classes moyennes. Je pense que les exhibitionnistes dans le film ne sont pas la fille qui porte une robe transparente, mais les milliardaires qui jouent de la guitare bossa nova devant les prolos sur la plage publique. Cependant, des réunions sont possibles. Il y a des endroits inattendus pour résoudre les rapports de classe pendant un été, comme une parenthèse de coexistence entre ceux qui n’auraient jamais été amenés à se confronter.