La vidéosurveillance, un outil indispensable pour la sécurisation des locaux d’entreprise

Ces dernières années, on a vu arriver sur le marché des systèmes de surveillance de plus en plus performants. Ces solutions de surveillance intéressent davantage les entreprises, car elles sont présentées comme un moyen de sécurisation de ses locaux. Aujourd’hui, de nombreuses structures ont déjà adopté la vidéosurveillance, mais d’autres restent encore réticentes par rapport à leur mise en place. Dans cet article, faisons le point sur la vidéosurveillance installée en entreprise. Découvrons ses avantages et le processus à suivre pour son installation.

Les avantages de la télésurveillance en entreprise

On n’a pas besoin de vous convaincre de la pertinence de la vidéosurveillance. En l’installant à un endroit stratégique, vous pouvez espérer prévenir les actes malveillants et optimiser la sécurité de l’espace. Si vous doutez de sa mise en place dans les locaux de votre entreprise, voici quelques avantages de la vidéosurveillance.

A lire en complément : Comment choisir une société de télésurveillance ?

Un moyen de prévention des actes malveillants et des actes de vandalisme

Dans la plupart des cas, les personnes mal intentionnées, quand elles s’attaquent à des entreprises, planifient leur acte à l’avance. Si elles s’aperçoivent que vos locaux comprennent un système de vidéosurveillance avec un système d’alarme, elles peuvent très vite changer d’avis en ne passant pas à l’acte. Pour les dissuader, il faudrait alors installer les caméras à des endroits stratégiques, mais aussi à des endroits bien visibles. Vous devez mettre quelques caméras aux entrées de vos locaux, mais aussi à l’extérieur. Ces quelques caméras à l’extérieur peuvent contribuer à réduire le risque de vandalisme.

Un moyen d’avoir des preuves

Si les caméras n’ont pas dissuadé les personnes malveillantes de passer à l’acte, ils ont sûrement enregistré la scène. Vous pouvez alors utiliser ces images ou vidéos en tant que preuves pour vous rendre à la police. Votre assureur ne peut pas non plus refuser l’indemnisation avec des preuves aussi solides. Il existe plusieurs systèmes de vidéosurveillance. Pour faire le bon choix du système, rendez-vous sur notre site pour en savoir plus sur les kits de videosurveillance.

A lire également : Comment choisir une franchise lavomatique rentable : critères et conseils pratiques

Un moyen de vérification avant d’autoriser l’entrée dans les locaux

Les entreprises qui ne sont pas ouvertes au grand public sécurisent et contrôlent souvent l’entrée dans ses locaux. Le système le plus classique est la sonnette. Cette dernière n’est pas vraiment très sécurisante et rassurante surtout si certains de vos collaborateurs travaillent très tôt le matin et très tard le soir. En combinant la sonnette avec un système de vidéosurveillance, vous pouvez vérifier qui est derrière la porte avant d’ouvrir. 

Un dispositif de protection rentable

La mise en place d’un système de vidéosurveillance a un coût, ce qui peut freiner certaines entreprises. Avant de dire que ce système est cher, faites les comptes. Il pourrait revenir moins cher que rémunérer plusieurs vigiles pour surveiller vos locaux. Le côté rentable du système de vidéosurveillance ne s’arrête pas là, car en cas d’incidents, les conséquences peuvent être graves, mais surtout onéreuses. Imaginez tout simplement ce que vous devez débourser si vos employés viennent à être blessés lors de cet incident. Grâce au système de vidéosurveillance, vous pourrez voir en temps réel ce qui se passe, ce qui vous permet d’alerter rapidement les pompiers ou la police pour limiter les dégâts.

Une information précise pour une réponse rapide et appropriée

Comme nous l’avons évoqué ci-dessus, la vidéosurveillance va vous permettre de savoir ce qui se passe dans vos locaux, et même si vous n’êtes pas présente. Si l’alarme se déclenche, vous pourrez connaître la raison. Si c’est le mauvais temps ou un animal qui en est à l’origine, vous n’aurez pas à prévenir les forces de l’ordre pour rien ou vous déplacer sur place en plein milieu de la nuit. Toutefois, en cas de mouvements suspects ou d’activité délictueuse, vous pouvez agir rapidement en prévenant les forces de l’ordre.

L’installation du système de vidéosurveillance et le respect de la vie privée du salarié

Si vous êtes convaincu que la vidéosurveillance est un outil indispensable pour la sécurisation des locaux d’entreprise, ne vous précipitez pas dans sa mise en place. Ces multiples caméras, même sur le lieu de travail, peuvent être perçues comme une intrusion dans la vie privée du salarié. Comprenez bien que vous, employeur, n’avez pas le droit d’utiliser la vidéosurveillance comme un moyen de contrôle et de suivi de l’activité de vos salariés. Vous ne pouvez donc pas penser à l’installation du système de vidéosurveillance que pour limiter, voire éviter les vols, réduire les risques d’intrusion et de vandalisme et pour garantir la sécurité des salariés. C’est difficile, dites-vous, car sans le vouloir, ces caméras peuvent atteindre la vie privée de vos collaborateurs.  Notez toutefois qu’en France, il n’y a aucun texte qui vous interdit la mise en place d’un système de vidéosurveillance. Cependant, elle doit se faire dans le respect de deux principes :

  • Une mise en place justifiée : vous, employeur, devez en effet justifier cette installation. Vous ne pouvez d’ailleurs pas décider seul de la mise en place de ces caméras. Vous devez informer vos collaborateurs de l’installation en précisant le but de cette dernière, l’identité du délégué à la protection des données, la durée de conservation des enregistrements, le droit d’accès et d’effacement,
  • La nécessaire proportionnalité du recours à la vidéosurveillance : si votre entreprise œuvre par exemple dans le transport de marchandises, c’est plutôt dans les entrepôts que les caméras doivent être installées et non dans chaque recoin des locaux.

Si vous ne respectez pas ces principes, si un employé agit en justice devant le Conseil de prud’hommes, vous serez obligé de désinstaller la vidéosurveillance. Ça ne s’arrête pas là, car vous risquez aussi une condamnation à un emprisonnement d’un an et à une amende de 45 000 euros.

La réalisation d’une analyse d’impact

Vous avez compris : ce n’est pas demain que vous allez installer les caméras de surveillance pour renforcer la sécurité de vos locaux. Vous devez réunir vos proches collaborateurs pour prendre les décisions et informer par la suite l’ensemble du personnel. Une étape viendra également s’ajouter dans ce processus d’installation si l’installation a pour but de surveiller de manière constante l’activité du personnel.  Si par exemple, certains de vos collaborateurs manipulent de l’argent et que vous voulez installer une caméra pour les surveiller, vous devez faire appel à votre DPO ou à des avocats spécialisés pour réaliser une analyse d’impact. Cette dernière est un outil permettant de mesurer si un traitement peut constituer un risque à l’atteinte de la vie privée des salariés. Elle vous permet également de prendre des mesures de protection adaptées comme le rappel de la présence des caméras avec un pictogramme. Une fois cette analyse réalisée et le personnel informé, vous pouvez procéder à l’installation.

L’accès et la conservation des images

Lorsque la vidéosurveillance est installée, vous allez sûrement l’utiliser pour faire des vérifications à tout moment. Si vous êtes souvent en déplacement ou si vous avez un emploi du temps chargé, vous n’aurez pas le temps pour réaliser ces contrôles. Dans ce cas, vous ne pouvez pas désigner tout le monde pour le faire. En effet, l’accès à ces enregistrements doit être limité et elle ne doit être réservée qu’aux personnes habilitées dans le cadre de leurs fonctions. Ceci dit, le responsable RH ne doit pas avoir accès aux images de surveillance de votre entrepôt. C’est plutôt le responsable d’entrepôt ou le chef de dépôt qui est plus habilité. Il ne suffit pas de désigner les personnes habilitées, il faut également s’assurer qu’elles suivent une formation au respect de la vie privée et au traitement des données personnelles. Quant aux conservations des images, elles ne peuvent pas être conservées indéfiniment. On parle ici de donnée personnelle, ce qui fait que vous ne pouvez les conserver que sur une durée limitée. Théoriquement, la durée de conservation est limitée à un mois, et même à quelques jours si aucun incident n’a été enregistré. Si un incident a été enregistré, les enregistrements peuvent être extraits du système et conservés le temps de la procédure.