Roselyne Bachelot accueillie au Sénat par des applaudissements

Apparue vers la fin de l’année de 2019, la pandémie à coronavirus poursuit son chemin malgré tous les garde-fous établis contre sa propagation. Le mal visite toutes les maisons, toutes les générations et toutes les classes sociales. Roselyne Bachelot, personnalité politique et femme de média était en mars dernier la cible du virus. Et comme il s’est si bien le faire, il l’a mis en marge des activités. Revenue au parlement après sa quarantaine, c’est sous de vifs applaudissements que sera accueillie la ministre de la Culture.

Qui est Roselyne Bachelot ?

Née à Nevers, dans la Nièvre, le 24 décembre 1946, Roselyne Bachelot est fille d’un couple de chirurgiens-dentistes. Après l’obtention de son doctorat en pharmacie à l’Université d’Angers en 1988, elle se lance dans une carrière de pharmacienne et travaille dans plusieurs laboratoires jusqu’à la fin des années 80. Elle fut l’épouse de Jacques Bachelot, avec qui elle a eu en 1969 son fils, Pierre. La députée se serait remise avec un mystérieux homme politique pour refaire sa vie après son divorce avec le père de son fils.

A lire aussi : Comment trouver un télétravail sérieux ?

Roselyne Bachelot, de la pharmacie au sénat

Si les études universitaires ne présageaient pas au début une carrière politique pour Roselyne Bachelot, son père de son côté aurait déjà ses plans. Ancien résistant, Jean Narquin, père de Roselyne Bachelot était député gaulliste du Maine-et-Loire et conseiller municipal d’Angers. C’est donc le père qui transmit à sa fille, le goût de politique.

Roselyne Bachelot

A voir aussi : Où acheter un bon thé ?

Au début de sa carrière politique, Roselyne Bachelot est d’abord, conseillère générale et plus tard, députée du Maine-et-Loire. Se faisant remarquer à l’Assemblée par son plaidoyer en faveur du PACS en 1998, Roselyne rejoindra en 2002, en tant que ministre de l’Écologie et du Développement durable, le gouvernement de Raffarin sous la présidence de Jacques Chirac. Au sein du gouvernement de François Fillon en 2007, elle devient ministre de la Santé et des Sports. 3 ans plus tard, elle est ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale avant de commencer une nouvelle carrière dans les médias. Nommée ministre de la Culture en juillet 2020, elle renoue avec la politique avant de croiser les chemins de la covid-19.

Hospitalisée le 24 mars dernier après être atteinte du virus, elle rejoint son domicile le 1er avril. Le 14 avril, c’est sous de vives ovations qu’elle a été accueillie au palais du Luxembourg. Tout en joie, le message du sénat était celui-ci : << Permettez-moi de vous saluer et de vous dire, je pense, au nom de tous les bancs, le plaisir et l’honneur que nous avons à vous retrouver. Vraiment, merci, ça nous fait chaud au cœur >>. Ravie de cet accueil chaleureux, elle répond avec d’affectueux remerciements : <<Permettez-moi d’abord de vous remercier pour les très nombreux témoignages de soutien qui me sont venus de tous les bancs de cette assemblée. Croyez bien que j’en ai été profondément touchée>>.

Pendant qu’elle était encore souffrante, c’est ses proches qui donnaient de ses nouvelles. Désormais, le sénat est enchanté de la revoir et le monde lui souhaite longue vie !

Roselyne Bachelot, une ministre de la Culture controversée

Roselyne Bachelot, depuis sa nomination en tant que ministre de la Culture, n’a pas échappé aux critiques. Son passé marqué par des controverses et son manque d’expérience dans le domaine ont suscité des interrogations et alimenté les débats. Certains lui reprochent notamment ses prises de position sur des sujets sensibles tels que la liberté d’expression ou la protection du patrimoine culturel.

L’une des polémiques majeures qui a entouré Roselyne Bachelot concerne sa décision de fermer les lieux culturels dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid. Si cette mesure était nécessaire pour endiguer la pandémie, certains acteurs du milieu artistique ont critiqué sa gestion et l’ont accusée d’avoir privilégié certains secteurs au détriment d’autres. Les professionnels du spectacle vivant se sont sentis négligés face aux grandes institutions telles que les musées et les théâtres nationaux.

Une autre controverse qui a fait couler beaucoup d’encre est celle liée à sa volonté de réformer le système des intermittents du spectacle. La ministre souhaite revoir le régime spécifique dont bénéficient ces travailleurs afin de garantir une meilleure stabilité financière pour eux tout en préservant l’équilibre budgétaire nécessaire. Cette proposition a été reçue avec méfiance par certains artistes qui craignent une précarisation accrue.

Malgré ces critiques, Roselyne Bachelot s’est montrée résolue et déterminée à accomplir ses fonctions avec rigueur et passion. Elle affirme vouloir mettre en place des mesures concrètes pour soutenir la création et l’accès à la culture pour tous. Parmi ses priorités figurent notamment le renforcement du financement de la culture, le développement de politiques d’inclusion et de diversité, ainsi que la promotion des artistes émergents.

Le chemin qui attend Roselyne Bachelot au Sénat ne sera pas facile. Elle devra faire face à une opposition critique et exigeante. Sa longue expérience politique lui confère une certaine résilience face aux tempêtes médiatiques. Son parcours atypique, passant de la pharmacie au sénat en tant que ministre de la Culture, suscite à la fois admiration et questionnement.

L’avenir nous dira si Roselyne Bachelot réussira à surmonter les obstacles qui se dressent devant elle et à marquer son empreinte dans le paysage culturel français. En attendant, elle peut compter sur un accueil chaleureux au Sénat qui lui a témoigné son soutien lors de sa prise de fonction. Seule l’histoire jugera les résultats qu’elle obtiendra dans ce poste délicat mais essentiel pour l’épanouissement artistique du pays.

Les défis qui attendent Roselyne Bachelot au Sénat

Roselyne Bachelot fait face à de nombreux défis dans sa nouvelle fonction au Sénat en tant que ministre de la Culture. Son parcours atypique et son manque d’expérience dans le domaine ont soulevé des interrogations quant à sa capacité à relever ces défis avec succès.

Le premier défi majeur auquel Roselyne Bachelot devra faire face est celui de la relance du secteur culturel après la crise sanitaire. Les lieux culturels ont été fermés pendant une longue période, privant les artistes et les professionnels du spectacle vivant de revenus essentiels. La ministre devra mettre en place des mesures efficaces pour soutenir financièrement ce secteur et favoriser sa reprise rapide.

Un autre défi important concerne l’accès à la culture pour tous. Roselyne Bachelot a exprimé sa volonté de rendre la culture plus accessible aux populations éloignées géographiquement ou socialement. Pour cela, elle compte développer des politiques d’inclusion et encourager les initiatives visant à démocratiser l’accès aux manifestations artistiques.

La question de la protection du patrimoine culturel est aussi un défi crucial pour Roselyne Bachelot. Elle devra veiller à préserver les monuments historiques, les sites archéologiques ainsi que le patrimoine immatériel français qui font partie intégrante de notre identité nationale. Des investissements importants seront nécessaires pour assurer leur conservation sur le long terme.