Comment choisir un métier que l’on aime ?

Faire un travail que nous aimons devrait être un objectif que tout le monde se fixe. Nous passons une grande partie de notre vie au bureau et si vous pratiquez notre travail uniquement pour de l’argent ou pour la reconnaissance, le temps peut sembler très long. Je parle ici aussi d’emplois d’étudiants qui, nous savons, sont parfois un peu ennuyeux ou redondants. Je me souviens de mes nombreuses années dans le service à la clientèle. Je ne pouvais pas rester dans le même emploi trop longtemps parce que j’étais certainement ennuyé et à la recherche rapide de nouveaux défis. Il n’a pas l’air formidable dans un curriculum vitae de changer d’emploi souvent, mais j’ai choisi ma santé mentale et changé d’emploi avec le vent. Ma mission était de me respecter dans ce que j’ai pratiqué en tant que travail. Je n’ai pas accepté le chantage comme ça : il faut rester pour finir ça, sinon tu pourrais perdre ton emploi. Je n’ai pas accepté les avances de clients déplacés. J’ai mis mon poing sur la table et si ça ne marchait pas, je partirais. Attention, je pouvais faire des compromis, mais je pensais que la vie était courte et que les emplois seraient toujours.

A lire aussi : Comment s'habiller en couple ?

Source de l’image : Pexels C’ était alors le moment de choisir dans quel programme aller étudier. Je savais que je voulais aider, mais c’était tellement vague. Je ne savais pas grand-chose sur les chemins à parcourir : AEC, DEC, formation en ligne, DEP. J’ai décidé de commencer le travail social. J’ai apprécié les cours, j’ai aussi aimé les gens dans le programme. Cependant, je n’avais pas la piqûre pour le terrain comme mes collègues. Apprendre les lois et me préparer à aller en classe ne m’a pas tellement ravi et la bureaucratie et la paperasserie m’ennuyaient beaucoup. Ça ne se passait pas très bien dans ma vie et dans ma tête. Je me sentais perdu, parce que le fait d’être un travailleur social avait toujours été dans mes premiers plans. Je me suis retrouvé après deux ans d’études, devoir recommencer à partir de zéro. Pour ne pas perdre de temps, je me suis retrouvé dans les sciences humaines. Là, pour ne pas avoir de passion, je l’ai vraiment fait, mais vraiment pas pour ce programme. J’essayais de montrer toutes les classes, mais parfois mon lit semblait être une meilleure option. Après un an de niant, j’ai décidé de me réinscrire à un autre programme. Je me suis inscrit à l’éducation spéciale.

A voir aussi : Comment marcher avec une jupe crayon ?

Source de l’image : Désplash Je suis tombé amoureux de ce programme et des enseignants qui l’enseignent. Ma cohorte était ardente, tout allait pour le mieux. Je suis tombée enceinte deux fois, donc j’ai dû reporter mes études de plusieurs années. Cependant, en attendant, je me suis trouvé un poste dans une école primaire. Après avoir vécu plusieurs clientèles, je n’avais jamais travaillé avec de petits êtres. Bonjour le défi, mais c’est ce que je cherche dans un emploi. Être libre de pouvoir se déplacer, d’être sur le terrain, d’avoir à remplir la paperasse, mais aussi d’être capable d’échanger, de travailler en équipe. Je peux changer de position, changer de client et toucher plusieurs aspects. Il est rare de nos jours que nous faisons le même travail toute une vie, mais dans l’éducation spéciale, vous pouvez toujours changer.

Source de l’image : Désplash Ce n’est pas le boulot le plus facile, je me suis fait jeter chaises, cracher dessus, montrer un couteau, insulter, s’est fait frapper aux genoux, mais j’adore mon travail. J’aime voir l’évolution, j’aime travailler avec la personne, j’aime accompagner, écouter, j’aime rendre la vie de quelqu’un plus facile pour eux, j’aime voir la différence, j’aime enseigner aux autres sur les questions, j’aime faire valoir les droits de mes clients. Parfois, je suis brûlé en prenant sur mes épaules la misère des autres, mais quand j’arrive à la fin de mon intervention et qu’il y a un petit changement, mon bonheur s’installe. C’est vraiment important de se respecter les uns les autres et de trouver une profession que nous aimons, parce que pour moi, un jour, ça ne s’arrête jamais et je le reprendrais. Je me découvre en tant que professionnel et j’aime me questionner et apprendre à nouveau. Je pense que c’est un bon signe et j’ai trouvé mon chemin.

Couverture de l’image source : Désplash

Show Buttons
Hide Buttons